Membres

Se connecter


Mot de passe perdu ?
Agenda
  • Octobre 2018
  • Lun
  • Mar
  • Mer
  • Jeu
  • Ven
  • Sam
  • Dim
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6
  • 7
  • 8
  • 9
  • 10
  • 11
  • 12
  • 13
  • 14
  • 15
  • 16
  • 17
  • 18
  • 19
  • 20
  • 21
  • 22
  • 23
  • 24
  • 25
  • 26
  • 27
  • 28
  • 29
  • 30
  • 31

Conseil de l'UE

L'actualité européenne
08/01/2018
Emilie Scoccimarro

La Bulgarie prend la tête du Conseil de l’UE pour six mois

Le 1er janvier, la Bulgarie, membre de l’Union européenne depuis 2007, a pris la présidence tournante du Conseil de l’UE. Jusqu’au 30 juin 2018, elle sera chargée de planifier et présider les sessions du Conseil et les réunions de ses instances préparatoires et de représenter le Conseil dans les relations avec les autres institutions de l'UE.

Membre le plus pauvre de l'UE, critiqué pour son inefficacité face à une corruption endémique, la Bulgarie mise aussi sur sa première présidence du Conseil de l'UE pour améliorer son image. Contrairement aux pays du groupe de Visegrad (Pologne, République Tchèque, Hongrie et Slovaquie), la Bulgarie ne s'est pas opposée à la politique européenne de relocalisation des réfugiés au sein de l'Union. Le pays est gouverné par un premier ministre de centre droit, Boïko Borissov, revenu au pouvoir en avril 2017, pour son troisième mandat depuis 2009.

Le programme de travail de la présidence bulgare se compose de quatre priorités majeures :
•    L’avenir de l’Europe et les jeunes : la présidence œuvrera pour un débat « actif et constructif » sur le cadre financier pluriannuel en faveur de la politique de cohésion. Elle souhaite chercher un équilibre entre les nouveaux fonds et les fonds existants, entre les instruments financiers et le financement non remboursable ;
•    Les Balkans Occidentaux : l’ambition de la présidence bulgare est de parvenir à un plan d’action clair pour les Balkans Occidentaux. L’objectif est d’assurer la connectivité des pays des Balkans occidentaux, en matière de transport, aérienne, énergétique, numérique, et en matière d’éducation ;
•    La sécurité et la stabilité : la présidence axera son travail sur la sécurité, en mettant l’accent sur le renforcement du contrôle des frontières, l’échange d’informations entre les différentes autorités et sur la prévention ;
•    L’économie numérique : les communications électroniques, la prestation transfrontalière de services, en particulier aux petites et moyennes entreprises, les droits d’auteur, le respect de la vie privée et des données à caractère personnel dans les communications électroniques, la cybersécurité seront des questions à l’ordre du jour.

Plus d’informations